Les smartphones pourraient laisser échapper plus de radiations que nous ne le pensons

 

 

 

 

Une enquête suggère que les iPhones et les modèles Galaxy pourraient dépasser les limites de sécurité en matière de radiations radioélectriques et des risques ondes portables.

 

Un rapport et une enquête intéressants

 

Les téléphones Apple et Samsung sortis au cours des trois dernières années pourraient produire des radiations radioélectriques à des niveaux plus élevés que les limites actuelles de la Commission fédérale des communications ne le permettent, selon un rapport du Chicago Tribune. Les scientifiques et les consommateurs se montrent de plus en plus préoccupés par le fait que les rayonnements de radiofréquence de nos appareils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine, en particulier avec le déploiement de la 5G à travers le monde. Le nouveau rapport démontre que les anciens modèles de téléphones, fonctionnant sur les bandes 3G et 4G, ont le potentiel de dépasser jusqu’à cinq fois les limites de sécurité de la FCC.

 

Les fabricants de smartphones sont tenus de respecter les directives de la FCC en ce qui concerne l’absorption des rayonnements de radiofréquence par le corps. La mesure actuelle utilisée pour déterminer la limite de sécurité est connue sous le nom de « débit d’absorption spécifique », ou DAS, et la FCC l’a fixée à 1,6 watts par kilogramme (1,6W/kg), en moyenne sur 1 gramme de tissu. La FCC déclare que cette limite est « bien en dessous de celle à laquelle les tests en laboratoire indiquent… que des effets néfastes sur la santé pourraient se produire ».

Pour qu’un téléphone reçoive une approbation, la FCC déclare que tout appareil ne doit jamais dépasser le niveau maximal de DAS, mais l’enquête de la Tribune montre qu’une poignée d’anciens modèles le font.

 

Le test

 

L’enquête approfondie de la Tribune a testé 11 modèles différents : Quatre modèles d’iPhone (les iPhone 7, 8, 8 Plus et X), trois Samsung Galaxy (les S8, S9 et J3), trois Motorola (les e5, e5 Play et g6 Play) et un BLU Vivo 5 Mini. Les téléphones ont été testés par RF Exposure Lab, un laboratoire accrédité par la FCC à San Marcos, en Californie. Les enquêteurs ont placé les smartphones à 2, 5, 10 ou 15 millimètres d’un « corps simulé » – un mélange de sucre, d’eau et de sel – et ont mesuré les niveaux d’exposition à l’aide d’une série de sondes.

 

Les résultats

 

Les résultats montrent que les niveaux d’absorption des radiofréquences de l’iPhone 7 étaient parmi les pires contrevenants, avec un DAS presque deux à quatre fois supérieur à la limite de sécurité lorsqu’il était testé à 2 mm du corps. Les trois modèles Samsung Galaxy ont également montré une absorption plus élevée à la même distance, le Galaxy S8 culminant avec une lecture de 8,22 W/kg, cinq fois plus élevée que la norme actuelle.

Le rapport indique que la FCC va maintenant effectuer ses propres tests au cours des prochains mois, mais ils ont déclaré à la Tribune que les tests n’étaient « pas aussi complets » que ceux habituellement déposés pour les rapports de conformité officiels.

 

La Tribune écrit que le test « était essentiellement le pire scénario en termes d’exposition aux radiations radioélectriques », les consommateurs ne subissant pas les niveaux d’exposition constatés lors des tests. Cependant, le propriétaire du laboratoire, Jay Moulton, a déclaré que ce type d’exposition « pourrait se produire dans des situations limitées ».

Qu’en est-il ?

 

Les relevés

 

Il n’y a aucun moyen de savoir si les relevés de l’enquête sont corrélés à des effets néfastes sur la santé humaine. Actuellement, il n’y a pas de preuves scientifiques solides qui montrent que ce niveau d’exposition est nocif. L’enquête ne peut que montrer que dans ces téléphones particuliers, les niveaux de DAS dépassent les limites actuelles de la FCC. C’est un petit échantillon. 

 

Il est suggéré que plus le téléphone est proche du corps, plus les relevés sont élevés. Mais pour un seul test, chaque mesure à 2 mm du corps simulé était plus élevée qu’à 5 ou 10 mm. Cela soulève des questions sur la distance que les fabricants choisissent avant qu’un téléphone ne soit mis sur le marché.

 

La FCC intègre également un « tampon » de protection pour les limites d’exposition. Bien que les tests dépassent la limite de sécurité actuelle de 1,6 W/kg, les effets néfastes sont observés à des niveaux de l’ordre de 50 fois supérieurs à la norme, selon la FCC. 

 

Des changements futurs ?

 

Comme le souligne l’enquête, les téléphones passent souvent dans un état de faible puissance lorsqu’ils sont rapprochés de la peau en raison des capteurs intégrés. L’équipe de la Tribune en a tenu compte pour les téléphones Apple et Motorola, mais pas pour les téléphones Samsung Galaxy, y compris le S8 qui a fourni la lecture la plus élevée. 

 

La FCC a enquêté pour savoir si cette limite devait être révisée mais a déclaré que la limite ne changerait pas. « Les preuves scientifiques disponibles à ce jour ne soutiennent pas les effets néfastes sur la santé des humains en raison d’expositions à ou sous les limites actuelles », a écrit Jeffrey Shuren, directeur du Centre pour les appareils et la santé radiologique de la FDA, à la FCC à l’époque.

 

Un porte-parole de Samsung a déclaré que « les appareils Samsung vendus aux États-Unis sont conformes à la réglementation de la FCC. Nos appareils sont testés selon les mêmes protocoles de test qui sont utilisés dans toute l’industrie. »

 

Apple et la FCC n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Articles similaires

7 sources de financement de démarrage

Mettre tous ses œufs dans le même panier n’est jamais une bonne stratégie commerciale. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de financer votre