Les plateformes de films en streaming en perte de vitesse valent leur pesant d’or

 

 

Avant l’ère du streaming, le magasin de location vidéo avait le monopole de l’expérience cinématographique à domicile. 

 

Du milieu des années 1980 au début des années 2010 environ, la tâche désormais impensable de quitter la maison pour accéder au divertissement était un rituel hebdomadaire pour beaucoup. Bien que dépourvue de l’excitation du cinéma ou de la commodité des plateformes en ligne, la routine fastidieuse des magasins de location de vidéos comportait un charme rare. 

 

Les magasins de location ont marqué les premières victimes directes de la transition du cinéma du public vers le foyer, et ils ne seront pas les derniers. En fait, les tensions concernant la réouverture au public cet été après les fermetures liées au COVID-19 à l’échelle nationale indiquent que la fin des divertissements non diffusés en continu pourrait arriver plus tôt que prévu. Certaines itérations de l’expérience cinématographique prouvent cependant qu’elles peuvent perdurer. 

 

Les cinémas qui peinaient à attirer les cinéphiles avant la pandémie de COVID-19 sont maintenant directement confrontés aux limites et aux compromis de la réouverture. 

 

Cela ne veut pas dire que les grands cinémas vont disparaître de sitôt. L’exploitation en salles des films à gros budget reste lucrative pour les studios, les bénéfices écrasants de quelques succès annuels au box-office compensant les pertes subies par un nombre disproportionné de flops commerciaux. 

 

Quid de la valeur des plateformes de streaming ?

La valeur du streaming est encore plus diluée par les plans de paiement par abonnement qui offrent une grande variété d’options pour un tarif mensuel unique. Le prix d’entrée ou de location d’un film spécifique encourage les comportements qui améliorent le retour sur investissement, comme le fait de regarder avec d’autres personnes et d’engager une discussion après le film. Bien que les services de streaming offrent commodité et prix abordable, il leur manque l’expérience de visionnage plus significative, engageante et communautaire que permettent les plateformes conventionnelles. 

Les premières sur tapis rouge et les voyages au vidéoclub font peut-être maintenant partie du passé, mais les cinémas vont rouvrir et les drive-in connaissent un regain de popularité. Les reliques de vidéos Blockbuster abandonnées symbolisent le consensus contemporain selon lequel la valeur de la production est importante, mais la commodité est primordiale. Le flottement initial de la plateforme de vidéos ultracourtes Quibi suggère que les durées d’attention rabougries ne sont pas tant à blâmer pour l’évolution des préférences que pour la recherche d’un support en or dans le divertissement. D’ailleurs, savez-vous que vous pouvez visionner des films francophones sur des plateformes comme tirexo ?

 

Entre les longs-métrages épiques et les vidéos mobiles pratiques, les séries cinématographiques comme « Game of Thrones » et « Westworld » ouvrent la voie en offrant le meilleur des 2 mondes. Ces programmes sont abordables à regarder, hautement produits et disponibles partout et à tout moment. Bien que le streaming et les programmes cinématographiques en série soient probablement la voie de l’avenir, l’aventure cinématographique n’est pas terminée. La réouverture à l’échelle nationale des salles conventionnelles en déclin cet été offre des opportunités d’expériences mémorables qui ne seront peut-être pas éternelles.

Articles similaires

7 sources de financement de démarrage

Mettre tous ses œufs dans le même panier n’est jamais une bonne stratégie commerciale. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de financer votre